30 janvier 2020

 Pistor  est   présent sur le marché mondial pour votre avantage d'achat.

 

Amandes

Les prestataires californiens ont réussi à établir un nouveau record en décembre. Ils ont expédié 3,2 % de plus que l’année précédente par voies maritimes et sont maintenant 4,4 % en dessus de l’année précédente, avec un total de 1051,3 millions de livres. En ce qui concerne les exportations, la Californie a connu une continuation de ce qui a été observé dans les premiers mois de la saison. En effet, les expéditions chinoises par voies maritimes ont fait l’objet de réductions dues aux tarifs (moins 80 %). Cette situation a été compensée par une forte demande sur la plupart des autres marchés. En outre, les vents contraires pour la fixation des prix en Californie, causés par les tarifs de rétorsion de 50 % de la Chine, ne peuvent être ignorés. La consommation en Chine continue de croître, car ils se tournent vers l’offre australienne, plus chère mais exempte de droits de douane. Un accord entre les États-Unis et la Chine, qui pourrait se traduire par une éventuelle réduction des prix pour les consommateurs chinois, stimulerait à l’avenir la croissance de la consommation dans cet important marché. Ce serait une bonne nouvelle pour les amandes de Californie. Toutefois, en raison de la demande nettement plus élevée, les prix du marché s’ajusteraient et deviendraient immédiatement plus fermes. Pour effectuer la transition un peu serrée vers une récolte potentiellement plus importante en 2020, il faut encore plus de surfaces cultivées, car la demande mondiale se maintient. Les amandes se révèlent de plus en plus polyvalentes dans les applications de produits.

Noisettes

La demande reste élevée et les prix continuent d’augmenter, car les commerçants et les crackers retiennent les marchandises de manière ciblée. Une autre raison est également la forte demande, qui est nettement plus élevée que l’année précédente. Si la demande reste à ce niveau, on s’attend à ce que la récolte 2019 soit complètement épuisée au moment où la nouvelle récolte sera prête. On suppose que la TMO n’apportera sur le marché ses quelque 80 000 tonnes qu’elle a achetées pour réguler le marché que lorsque les disponibilités seront rares. Elle vise ainsi à obtenir le prix le plus élevé possible sur le marché. Il n’y a pas encore d’informations pour la nouvelle récolte. Le premier comptage des fleurs n’aura pas lieu avant la mi-février environ. Des informations fiables ne seront disponibles que vers la fin avril, car il y a toujours un risque de gel d’ici là.

Sucre

Les conflits politiques mondiaux au Moyen-Orient font grimper les prix du pétrole. Cela pourrait avoir un impact sur la production d’éthanol. Si l’éthanol est produit à partir de sucre, il reste moins de sucre sur le marché, ce qui fait encore augmenter le prix du sucre. Ajoutez à cela qu’on s’attend à un déficit mondial de sucre pour les prochaines récoltes. La volonté de cultiver la betterave sucrière dans l’UE et en Suisse continue de décliner. Tout cela soutient la hausse des prix du sucre.

Ananas

L’année dernière, nettement moins d’ananas ont été récoltés que l’année précédente. La récolte d’hiver a dû être arrêtée plus tôt, de ce fait de nombreuses usines ont fermé par manque de matières premières. Les avis divergent sur la prochaine récolte de l’été 2020. Les agriculteurs qui ont maintenant cultivé les champs ne disposeront de nouvelles matières premières qu’après une phase de croissance de 18 mois. Les prix continuent à augmenter.

Conserves d’abricots d’Afrique du Sud

Durant la saison en cours, l’Afrique du Sud a enregistré de loin la pire récolte de l’histoire du pays. Les mauvaises conditions climatiques et la sécheresse ont entraîné des pertes de rendement significatives dans les régions de culture. La qualité des matières premières devenait de plus en plus médiocre et ne permettait pas de produire des conserves de qualité. Tous les contrats n’ont pas pu être remplis. Des alternatives seront disponibles en Europe du Sud au plus tôt à partir de la récolte d’été.

Huiles de table

Huile de tournesol / huile de tournesol High Oleic

En Russie et en Ukraine, de grandes quantités sont encore pressées, de sorte que l’offre est restée bonne. D’autre part, le marché général des huiles végétales (en particulier l’huile de palme et l’huile de soja) a augmenté. Cela a rendu l’huile de tournesol intéressante pour de nombreux acheteurs, ce qui a considérablement augmenté la demande ces dernières semaines. Ce qui a à son tour conduit à une augmentation des prix de l’huile de tournesol, malgré la bonne disponibilité. La situation en Argentine n’est pas claire. Selon certaines informations, des quantités encore plus importantes d’anciennes récoltes ont été stockées.

Le marché de l’huile de tournesol High Oleic a été calme et les prix se sont adaptés à la tendance de l’huile de tournesol conventionnelle ces dernières semaines. Tendance à la hausse.

Huile d’arachide

Les offres du Sénégal sont actuellement encore prudentes. En outre, la Chine commence à acheter des arachides entières, ce qui exerce une pression supplémentaire sur les prix. L’Argentine n’a pratiquement plus de quantités disponibles à partir de la récolte du printemps 2019, car il y a ici également eu d’importantes exportations vers la Chine. Les récoltes du printemps 2020 en Amérique du Sud sont encore incertaines. Pour l’instant, le temps est de manière générale encore trop sec. En Inde, les prévisions météorologiques sont bonnes, de sorte que les volumes de récolte ont été légèrement revus à la hausse. Tendance à la hausse.

Huile de colza / huile de colza HOLL

Malheureusement, les informations négatives en provenance du Canada se confirment. En raison du mauvais temps, certains champs n’ont pas pu être récoltés. Des informations non confirmées en provenance d’Australie indiquent que les feux de brousse ont peut-être détruit des parties de champs de colza. Au cours des dernières semaines, les prix dans l’UE ont augmenté comme prévu, car la disponibilité est devenue de plus en plus rare. L’UE a certes importé davantage de graines du Canada, mais les besoins accrus de l’UE en matière d’importation n’ont tout de même pas pu être couverts dans la mesure nécessaire. Tendance stable voire à la hausse.

Tendances des prix 02/20