31 Août 2021

Pistor est présent sur le marché mondial pour votre avantage d'achat.

Situation générale du marché

Comme cela a été rapporté dans la presse, nous aimerions attirer une nouvelle fois votre attention sur la situation tendue sur le marché international du fret maritime. Malheureusement, la situation ne s’est pas améliorée, mais s’est encore aggravée. En raison de la forte demande et des goulots d’étranglement dans les ports en Asie, ainsi que des lockdowns locaux et de la pénurie générale de containers, les prix des expéditions par voies maritimes continuent d’augmenter. L’influence sur la disponibilité et les prix des produits est considérable. La disponibilité des marchandises est entre-temps plus importante que le prix. Malheureusement, les expéditions par voies maritimes des Etats-Unis sont également gravement touchées. De plus, les influences météorologiques de plus en plus fréquentes ont des répercussions et, en conséquence il y a des pertes de récolte considérables. Une fin à cette situation difficile n’est toujours pas en vue.

Amandes

En juillet, la Californie a chargé 229 millions de livres d’amandes, soit 27 % de plus qu’au cours du même mois de l’année précédente. Cela signifie que 92,4 % de la quantité disponible a été vendue au cours de la campagne qui vient de se terminer (contre 93,5 % l’année précédente). Les perspectives pour la nouvelle récolte sont malheureusement moins optimistes: si le rendement n’est réellement que de 2,8 milliards de livres, le taux de croissance actuel pourrait ne pas être maintenu. En conséquence, les prix se sont renforcés au cours des dernières semaines, parfois de manière vigoureuse. La sécheresse persistante assombrit encore la situation. Les premières livraisons des nouvelles récoltes montrent des calibres plus petits que d’habitude, mais en plus les grains sont aussi plus secs que normalement. On verra au cours des prochains mois quels dommages concrets la sécheresse aura causé. En outre, il ne faut pas oublier que la situation actuelle peut également affecter la formation des bourgeons de fruits pour la récolte de l’année prochaine. Maintenant, même si l’hiver prochain apportait des précipitations abondantes, il faut tout de même s’attendre à des effets négatifs pour l’année prochaine. Dans ce contexte, la tendance à la fermeté des prix se poursuivra, du moins à moyen terme.

Noisettes

En Turquie, la TMO a fait connaître son prix d’achat. Ce dernier est un peu plus élevé que celui généralement attendu. Il faut maintenant attendre et voir comment l’industrie et les grands acheteurs réagiront à cette situation. S’il n’y a pas de changements majeurs dans la lire turque, nous nous attendons à ce que les prix restent au moins à ce niveau au cours des mois à venir. La récolte est en cours en Italie et les températures dépassent les 40 °C dans certains endroits. Reste à voir si cela aura un impact sur la qualité des noisettes. Les producteurs se sont retirés du marché, également à cause de la Ferragosto (Assomption), et les prix seront à nouveau délivrés à partir de la 2ème quinzaine d’août.

Noix

L’estimation objective a eu lieu fin août 2021. Cette estimation est très utile, car elle s’est non seulement avérée assez précise au cours des dix dernières années, mais elle fournit également de bonnes informations sur les attentes en matière de qualité et de calibre des différentes variétés, ce qui peut être une aide d’orientation très utile pour planifier la vente de coques de différents calibres. Les vendeurs font preuve d’un optimisme prudent quant aux rendements de cette saison et les acheteurs semblent accepter des prix plus élevés. Nous sommes toujours dans une phase de chaleur, où les températures maximales quotidiennes seront comprises entre 37 °C et 43 °C dans la plupart des zones de culture de la Californie, alors que les températures minimales quotidiennes ne descendront pas bien en dessous de 20°C, voire pas du tout. Ces températures chaudes peuvent affecter la couleur du grain et causer d’autres dommages, tels que des coups de soleil et des infestations d’insectes.

Sucre

Les marchés boursiers passent d’un pic à un autre. De nombreuses matières premières ont été entraînées dans le tourbillon des spéculateurs. Beaucoup cotent bien plus haut qu’avant la pandémie du coronavirus. Le sucre vient d’atteindre un maximum pluriannuel aux bourses de New York (sucre de canne brut) et de Londres (sucre blanc). Le prix du sucre physique en Suisse et en Europe est beaucoup plus élevé que celui de l’année dernière et vient d’augmenter à nouveau la semaine dernière en raison de la détérioration des perspectives de récolte. Un manque de soleil entraîne une formation moindre de sucre dans la betterave. On peut se demander si tout cela va encore changer pour le mieux d’ici à fin septembre, lorsque les récoltes commenceront. Il faut plutôt s’attendre à ce que la récolte soit très moyenne. Et ce après deux mauvaises années déjà. Les prix ont augmenté la semaine dernière pour les nouvelles récoltes à partir d’octobre.

Graines

En raison des mauvais rendements des récoltes, du manque de stocks excédentaires de l’ancienne récolte, de l’augmentation des coûts de transport et d’une forte demande du marché asiatique pour les marchandises européennes, les prix continuent d’augmenter. Les graines de sésame, les graines de tournesol et les graines de lin sont concernées par cela.

Œufs et ovoproduits (Suisse et étranger)

Le niveau général des prix pour le fourrage, notamment du soja, augmente massivement. Cela a un impact direct sur le prix des œufs. Une hausse des prix des œufs et des ovoproduits est donc à prévoir dans les mois à venir. L’ampleur n’est pas encore claire.

Tendances des prix 09/21