30 avril 2021

 Pistor  est   présent sur le marché mondial pour votre avantage d'achat.

 

Amandes

La Californie a livré un excédent de 28 % en mars par rapport au mois de mars de l’année précédente. Phénoménal! Ce qui est intéressant, c’est la forte augmentation des livraisons en Europe occidentale, aux environs de 12 %. Pour un marché «saturé», cette croissance est impressionnante. Le fait est que la Californie fait face à une récolte record, la vend et l’expédie par voies maritimes. Au cas où il y aurait un doute, le rapport d’aujourd’hui confirme expressément que les amandes présentent une élasticité de la demande enviable. Le marché a réagi à la fixation des prix bas avec des ventes et des expéditions, afin de relever le défi de l’offre excédentaire. Alors qu’il reste 4 mois de saison, des engagements forts garantissent que les 3 à 4 prochains mois seront de bons mois d’expéditions par voies maritimes.
Les experts publieront leurs pronostics dans les 1 à 2 semaines à venir, toutefois les prévisions subjectives arriveront début mai. Comme la forte demande est assurée au niveau actuel du marché, nous pensons qu’il existe plutôt un risque de hausse que de baisse des prix dans les mois à venir, étant donné que la grandeur de la récolte 2021 est discutée.

 

Noisettes

Le premier comptage des fleurs a été effectué fin mars/début avril. L’estimation est d’environ 810 000 tonnes. En l’absence de preuves scientifiques, d’important dégâts de récolte ont été prononcés, en raison du temps chaud et des changements météorologiques qui ont suivi. On s’attend toutefois à des dégâts d’environ 5 %. L’une des motivations possibles de telles contre-vérités pourrait être que l’on voulait apporter des assurances agricoles aux agriculteurs de la région. Même si les bonnes estimations laissent plutôt augurer une baisse des prix, rien ne se passe dans ce sens. La TMO prendra des noisettes jusqu’à fin avril 2021 et empêchera en même temps que le prix baisse. Les agriculteurs retiennent leurs marchandises pour pouvoir les vendre la saison suivante au prix de la nouvelle récolte. Il faut également tenir compte de la pandémie et de l’évolution de l’économie turque, comme, par exemple, que le chef de la Banque centrale de Turquie a été remplacé après seulement 4 mois et que la livre turque est sujette à de fortes fluctuations.
En Italie, les quantités ne peuvent pas être quantifiées avec certitude pour le moment. Une estimation montre une récolte plus faible d’environ 20 % par rapport à l’année précédente. Nous ne prévoyons pas de baisse des prix à moyen terme.

 

Noix

Les livraisons totales ont augmenté de 14 %. Les expéditions mensuelles en mars 2021 ont augmenté de près de 24 % par rapport au même mois de l’année précédente. Les expéditions par voies maritimes de noix avec coquille et sans coquille sont en hausse sur une base mensuelle en mars 2021. Compte tenu de l’incertitude quant à l’approvisionnement en eau, un bon «carry-out» ne serait pas le pire résultat. Le marché lui-même reste stable. Les prix n’ont pas beaucoup fluctué ces dernières semaines et la ligne de tendance reste assez plate. Les informations continuent de faire état d’une disponibilité limitée de matière claire. La demande du marché est assez calme en ce moment, étant donné que le Chili entre maintenant sur le marché avec la récolte de 2021 et que, historiquement, à cette époque, de nombreuses livraisons sont expédiées dans le cadre de contrats annuels réservés il y a plusieurs mois. Comme les expéditions par voies maritimes ont été reportées en raison du manque de place sur les navires, cela pourrait conduire à des chiffres d’expéditions par voies maritimes solides dans les mois à venir, car les expéditions ont généralement été retardées.
La récolte 2021 progresse bien. Les conditions météorologiques sont bonnes. Il y a eu quelques nuits très fraîches à froides, mais dans l’ensemble, il n’y a pas eu d’annonces négatives eu égard au développement de la récolte de noix 2021. En même temps, il faut encore environ six mois pour cultiver la prochaine récolte, ce qui est encore un long chemin. Il est donc encore bien trop tôt pour faire des prédictions. Les conditions restent sèches et il n’y a pas de pluie en vue. Les réservoirs d’eau en Californie sont bien en dessous de la moyenne historique et la couche de neige dans les montagnes est également plus mince que la moitié de la moyenne nationale à cette époque de l’année. L’approvisionnement en eau en Californie sera fortement limité en 2021, ce qui créera, sans aucun doute, des défis pour l’agriculture californienne.

 

Sucre

Dans l’UE, les semis pour la nouvelle récolte ont commencé avant Pâques. Il semble particulièrement difficile d’estimer avec précision les superficies cultivées cette année, car des prévisions très différentes circulent, notamment en France, un des plus gros producteurs de sucre de l’UE. Les semences de betteraves sucrières vendues et livrées, qui servent d’indicateur pour la superficie, ont été produites plus tard cette année en raison de l’approbation à court terme du traitement aux néonicotinoïdes et ont été livrées dans certains cas avec plusieurs semaines de retard. Il n’est donc pas surprenant que les producteurs de sucre en France soient également encore très incertains et que, dans certains cas, ils n’aient même pas soumis d’offres pour la nouvelle campagne sucrière. Les prix dans l’UE restent encore et toujours fermes. De nouvelles impulsions pourraient apporter des estimations de superficie plus précises. Dans l’ensemble, les superficies cultivées dans l’UE devraient à nouveau diminuer par rapport à l’année précédente. A cause de la suppression du traitement néonicotinoïde «Gaucho», les bonnes conditions d’émergence sont devenues encore plus importantes, pour réduire les pertes aux premiers stades dues aux parasites. En Suisse aussi, la superficie cultivée diminue à nouveau.

Tendances des prix 04/21